Le Grand Mont-Ruan

Massif frontière avec la Suisse, le Mont Ruan est situé à l’extrémité Est du massif du Haut Giffre. Dominant le Fond de La Combe et le Cirque du Fer à Cheval son ascension est longue. La course est toujours très belle et le départ à 4 heures du refuge offre un beau levé de soleil depuis la Tête de Pérua.

 

Départ: Le refuge de la Vogealle

Temps de montée: 4 heures 

Temps de descente: 3 heures 

Altitude de départ: 1902 mètres 

Altitude Maximale: 3044 mètres

Dénivelé: 1142 mètres

Difficulté: très difficile ( glacier et couloir : itinéraire de haute montagne )

Balisage:non

Matériel: corde, piolet, crampons

Nature du terrain: haute montagne : pierriers, glacier, rocher.

Difficulté particulière: cet itinéraire est réservé aux randonneurs alpinistes.

Recommandation particulière: celles en vigueurs dans la réserve naturelle         

Période conseillée: de mi-juillet à octobre

Commune: Sixt Fer à Cheval 

 

Attention: cette ascension sort du cadre de la randonnée pour entrer dans la pratique de l’alpinisme. Elle nécessite un matériel adapté (corde, crampons, piolet) et l’expérience requise pour l’utilisation de ce matériel ainsi que de l’évolution en terrain escarpé.

 

Itinéraire

Du refuge, suivre le sentier se dirigeant vers le lac de la Vogealle. Après avoir accédé, par une courte montée, au vallon du Lac, on quitte ce sentier pour suivre celui qui, traversant le torrent de la Vogealle, se dirige vers le nord-est dans la direction de la Tête de Péruaz. On gagne bientôt un replat, puis un lapiaz en forme d’épines et enfin la grande croix de bois de la Tête de Péruaz d’où l’on jouit d’une vue remarquable sur la Haute Cime, le col des Ottans et le Mont Ruan. Depuis ce belvédère, on atteint le col de Sageroux par une longue traversée. Dans ce paysage très minéral subsiste quelques pelouses alpines très fréquentées par les bouquetins.

Du col, on suit l’arête conduisant à la tête des Ottans puis par une brève descente, au col des Ottans, donnant accès à la Combe de Susanfe (Suisse). Le sentier se poursuit par une traversée (sud) et franchit un escarpement rocheux, puis continue en traversée. Quelques mètres en contrebas, on trouve un replat servant de zone de bivouac. Dans ce secteur, on peut observer de nombreuses ammonites (coquillages marins fossilisés) qui témoignent que la mer, il y a quelques 150 millions d’années, occupait les lieux.

Le sentier descend ensuite vers le glacier (cairn).

Par une zone de blocs, prendre pied sur le glacier que l’on traverse horizontalement en direction de la base d’un grand couloir très distinct. Le gravir, plus ou moins aisément suivant les conditions, pour atteindre l’arête que l’on suit facilement jusqu’au sommet. La vue s’ouvre à 360° sur la chaîne du Mont Blanc, la Tour Salière, la Haute Cime, les Dents Blanches, le Buet... et à vos pieds scintillent les eaux du Lac d’Emosson, retenues par un barrage.

La descente s’effectue par le même itinéraire.