Le Buet et la traversée des arêtes

Le Mont Buet, appelé également Mont Blanc des Dames, est, avec ses 3 099 mètres, le sommet le plus élevé des Hautes Alpes calcaires. Le point de vue grandiose qui s’offre au sommet sur la chaîne du Mont Blanc est à la hauteur de sa réputation. On comprend pourquoi les frères Deluc, de Saussure et Pictet avaient choisi ce belvédère pour l’observation de ce massif.

En 1810, le « Guide Ebel du Voyageur en Suisse » décrit ainsi le Buet : « C’est sur la cime du Buet que l’on voit tout ce que le Mont Blanc a de grand et d’admirable... / ...Rien de plus sublime que le spectacle dont on jouit sur le Buet »

au sommet du Buet

Départ: Le refuge du Grenairon

Temps de montée: 4 heures pour le sommet*

Temps de descente: 5 heures *

* (horaire moyen en fonction des conditions d’enneigement)

Altitude de départ: 1974 mètres

Altitude Maximale: 3099 mètres

Dénivelé: 1125 mètres

Difficulté: difficile

Balisage: oui jusqu’au lac du Plan du Buet ensuite cairns et marques bleues pour la descente vers les Fonds.

Nature du terrain: rochers et pierriers

Difficulté particulière : parcours aérien équipé de chaînes ; présence tardive de neige ou de névés ; itinéraire long et dangereux par mauvais temps

Recommandation particulière: celles en vigueur dans la Réserve Naturelle           

Période conseillée: de juillet aux premières neiges

Commune: Sixt Fer à Cheval

Itinéraire

Du refuge, le sentier s’élève à travers un amoncellement de blocs, vers les « Frètes du Grenier ». Dominant le cirque des Fonts, la vue s'étend sur le Mont Buet, la Montagne d’Anterne, la Pointe de Sales et les Rochers des Fiz. Sur l’autre versant, on domine la montagne de Commune. Poursuivant l’arête, on atteint le sommet de la Cathédrale  (2 531 mètres) où la vue s’ouvre sur le sommet du Mont Blanc. Dans ce secteur, 27 bouquetins* furent lâchés, en 1973. La population actuelle est estimée à 250 /300 individus et il n’est pas rare de pouvoir les observer. (Vous pouvez remarquer que certains portent des bagues aux oreilles, marquage permettant d’étudier leurs déplacements et d’évaluer leur territoire...)

L’itinéraire se poursuit, dans un paysage très minéral, par une longue traversée balisée par des cairns (tas de pierres empilées) puis, par un lapiaz (sur lequel est installé un pylône de ligne haute tension), pour atteindre la combe du Buet et un petit lac. On laisse sur la gauche le sentier se dirigeant vers une combe (balise) et qui conduit au  sommet du Cheval Blanc pour emprunter celui qui remonte sèchement vers un petit col  situé à la base de l’arête du Buet.

En contrebas de ce col s’étend le glacier de Tré les Eaux et en face dominent les Aiguilles du Tour et du Chardonnet.

L’ascension se poursuit le long de l’arête, parfois aérienne, mais équipée de câbles, puis par une croupe peu raide conduisant au sommet du Buet où se trouvent les vestiges d’une table d’orientation.

Outre la chaîne du Mont Blanc, la vue s’étend du Grand Combin à la pyramide caractéristique du Cervin.

Progressant sur l’arête large et plate après le sommet, on découvre une construction sommaire de pierres sèches: l’abri Pictet, qui, malheureusement, se détériore d’année en année.

*Auguste Pictet, savant physicien, compagnon de voyage de H.B de Saussure et créateur de « La Bibliothèque Britannique » avait fait édifier ce refuge tandis qu’il poursuivait ses expériences scientifiques vers 1790.

 

La descente peut s’effectuer par le même itinéraire ou en poursuivant l’arête de la Mortine. Peu après le relais radio laisser à gauche le sentier qui descend vers le col de Salenton et poursuivre en suivant les marques bleues. Celles-ci vous guident sur le côté gauche de l’arête, dans un rocher très délité, jusqu'à un passage câblé qui permet une courte traversée descendante. Le paysage devient moins minéral et l’on gagne bientôt les magnifiques pelouses alpines des Beaux Prés. Le sentier se poursuit, étroit et parfois raide, pour gagner le refuge des Fonts.

Du refuge suivre le large chemin empierré qui vous reconduit à Salvagny.